La couleur pour les Professionnels de l'Habitat

La couleur pour les Professionnels de l'Habitat

Vous voulez en savoir plus sur le domaine de la couleur car vous êtes:
- un décorateur d’intérieur et avez une approche au feeling des couleurs,
- un architecte d’intérieur et vous aimeriez utiliser la couleur pour structurer les espaces,
- un applicateur peintre et vous ne comprenez pas les aspects numériques des couleurs,
alors vous êtes au bon endroit pour mieux comprendre l’interaction des couleurs pour différents domaines.

La couleur joue un rôle fondamentale dans notre perception de l’espace et le rendu esthètique d’un projet.

Le couleur est un aspect essentiel de notre habitat. Souvent mal enseignée et timidement appréhendée par les architectes d’intérieur, décorateurs ou peintres, elle pourrait être le coeur de tout projet au lieu de se retrouver en bout de conception. Alors envie de mieux comprendre les enjeux autour de la couleur?

Comprendre d’où viennent les Couleurs

Phénomène physique

La couleur est avant tout un phénomène physique, elle existe car la lumière existe. Sans lumière, pas de couleurs, car elle est contenue dans la lumière. Une lumière blanche contient différentes longueurs d’onde toutes reliées à une couleur. Ce sont les fameuses couleurs de l’arc-en-ciel: on observe en tant de pluie, un phénomène de diffraction et de séparation de la lumière selon ses différentes raies de couleurs.

Six couleurs fondamentales caractérisent une lumière blanche visible par l’oeil humain, avec différentes longueurs d’onde (exprimé en nanomètre) : Violet, Bleu, Vert, Jaune, Orange et Rouge. A noter que le rose, le marron, le gris ne sont pas des couleurs qui existent physiquement dans cette représentation, nous y reviendrons ensuite. Au-delà de ces couleurs visibles, on trouve d’autres longueurs d’onde non-visibles par l’oeil, telles que l’infra-rouge, l’ultra-violet, les ondes radio…qui seront utilisées pour d’autres applications et ocntextes bien connus.

La lumière incidente, qu’elle soit naturelle (soleil) ou artificielle (ampoule électrique) joue ainsi le rôle d’émetteur.

Phénomène biologique

L’oeil joue alors le rôle de photorécepteur en recevant cette information visuelle et notre l’analyse. Trois types de cônes (rouge-vert-bleu) son activités alors que les batônnets mesurent plutôt l’intensité de celle lumière qui nous parvient. Il ets intéressant de noter ici que ces caractéristiques physiologiques sont variables au sein de la population. Ainsi les hommes ont souvent moins de capacité pour distinguer des nuances de couleurs que les femmes; certaines personnes ont des défaillances sur un type de cônes et ne perçoivent pas certaines couleurs…Ces phénomènes sont connus et peuvent être mesurés, il s’agit du métamérisme.

C’est cela qui explique que parfois, on dit qu’une couleur est verte alors que notre voisin la voit plutôt bleue, que Monsieur ne voit pas la différence entre ce rouge et cet autre rouge, ou encore que les femmes apportent plus d’importance au choix des couleurs, car leur effet physiologique est plus prondérant sur elles.

La matière

Entre cet émetteur et ce récepteur de couleurs, il y a souvent une matière ou un objet. On regarde rarement directement une source de lumière. La matière est intrinsèquement colorée (naturellement ou à l’aide de procédés industriels), elle possède donc une couleur propre avec une (ou plusieurs) longueur(s) d’onde associée(s). Selon ses caractéristiques physiques, l’obejt en question va absorber, diffuser, réfléchir une onde que notre oeil va capter et analyser.

couleur

En d’autres termes, sous une source de lumière uniforme blanche, un canapé rouge, comme ci-dessus, va absorber toutes les longueurs d’onde de la lumière excepté celle de sa couleur et réfléchir seulement la longueur d’onde rouge que notre oeil reçoit.

Comprendre l’écosystème des couleurs: le numérique et les supports physiques.

Rentrons maintenant dans le monde du numérique. Aujourd’hui incontournable dans nos métiers pour trouver l’inspiration, livrer des esquisses ou avant-projet aux clients, nous y ajoutons la couleur telle que nous pensons qu’elle sera au final. Mais est-ce vraiment la cas?

Notre schéma se complexifie et à chaque étape de nouveaux traitements ou supports vont altérer le rendu et notre perception des couleurs:

  • L’utilisation d’un capteur (appareil photo ou vidéo) va saisir des données brutes (fichier raw) qui peuvent être différentes selon les paramètres de captation choisis ou subis (Balance des blancs, ouverture, post traitement du capteur…)
  • L’exportation de ces données brutes nécessitent de réaligner coloriquement les données dans une plage de couleurs ou gamma en faisant des traaitements parfois transparents pour l’utilisateur: Débayeriser pour quantifier, recaler et calibrer les données du capteur; compresser au format JPEG (quantification des couleurs et exploitation de la redondance des données) par exemple.
  • Ensuite notre image est affichée sur un écran où d’autres qualités de ce dernier jouent sur le rendu de l’image: GAMUT, post traitement et calibration de l’écran
  • Enfin, il est parfois envisagé d’imprimer cette image sur un autre type de support physique, tel que une impression papier. L’opération devient délicate car il faut opérer un changement d’espace couleur avec transformation des données et cela dépend de l’imprimante et/ou de la matière.
couleur

Comprendre comment manipuler les couleurs.

Depuis Newton au 18è siècle, de nombreux scientifiques et artistes se sont affairés au travers d’expériences et d’observations à essayer de représenter et modéliser la couleur. Ils ont mis en évidence de nombreuses propriétés de la couleur et de notre système visuel humain que nous ne détaillerons pas ici.

Newton fut le premier à représenter les couleurs sur une roue chromatique alors que Chevreuil, 1 siècle plus tard, introduisit pour la première fois la notion de représentation des couleurs dnas un espace à 3 dimensions.

Aujourd’hui, de nombreuses représentaions en 3 dimensions existent applicables selon le domaine d’applications: RVB (Rouge-Vert-Bleu) pour les écrans, CMJN (Cyan-Magenta-Jaune-Noir) par exemple. D’autres représentations dans des espaces théoriques ont aussi vu le jour et sont utilisées pour manipuler les couleurs car plus intuitives pour l’amoureaux des couleurs: HSV (Hue-Saturation-Value), HSL ou encore HSB . Ce sont ces représentations que j’utilise et conseille d’utiliser lorsque l’on veut trouver, manipuler une couleur dans un monde numérique.

Pourquoi c’est intuitif? parce que l’on comprend le paramètre que l’on manipule, même si il faut un peu d’expérience.

  • Hue: ou teinte en français, indique la nature de la couleur (la longueur d’onde dominante): rouge, orange, jaune, vert, cyan, bleu, indigo, violet…et s’exprime en degré au travers de transiton douce sur le cercle chromatique.
  • Saturation (ou chromaticness): est le degré d’intensité coloré de la couleur (degré de dominance de la longueur d’onde), l’expression d’une couleur vive ou terne, variant du gris ou très coloré, exprimée en %
  • Valeur (ou encore Clarté/Luminance/Luminosité/Ton (Luminance, Brightness, Value, Tone): indique si la couleur est claire ou foncée, c’est la représentation de l’image en noir et blanc, exprimée en %

Il est plus aisé de manipuler ces dimensions et de les doser afin d’obtenir l’effet escompté plutôt que de bouger un peu de vert, ou un de bleu (représentation RVB) pour obtenir par exemple un type de orange. Je vous laisse expérimenter cela dans n’importe quel logiciel. De plus, le vocabulaire associé à ces dimensions est intuitif et parlera beaucoup plus au client: souhaitez-vous un bleu plus foncé ou plus clair, plus gris ou plus vif?

couleur

Comprendre l’implication de l’utilisation des couleurs dans un espace

Que ce soit en feng-shui ou en psychologie publié dans des publications scientifiques, il est reconnu que les couleurs ont un effet physiologique et psychologique sur l’être humain . Ancré également dans notre culture ou nos gênes, nous réagissons à sa confrontation avec des effets parfois difficles à percevoir ou à mettre en direct corrélation.

Même si le problème est plus complexe, voici en résumé quelques-uns des effets émotionnels produits par les couleurs:

  • Rouge: Urgence, Danger, Violence, Pouvoir, Colère, Action, Prestige, Séduction,
  • Orange: Joie, enthousiasme, Dynamisme, Sécurité, Communication, Changement
  • Jaune: Solaire, Créativité, Sacré, Puissance, Richesse, Confiance, Prestige, Jalousie
  • Vert: Malchance, Espérance, Prospérité, Santé, Renouveau, Croissance, Nature, Apaisement
  • Bleu: Rêve, Froid, Spiritualité, Consensus, Paix, Institution, Discipline
  • Violet: Compassion, Imaginaire, Intuition, Méditation, Sophistication, élégance, Féministe
  • Autres:
    • Bruns: terre, nature, stabilité, ancrage et réconfort
    • Gris: neutre, pas d’émotions
    • Blanc: Pureté, Naiveté, sagesse, Médical, Propreté, Loyauté
    • Noir: Laideur, Malheur, Nuit, Deuil, Solitude, Sobriété, Elégance, Erotisme

Il est recommandé de ne pas mettre de rouge dans la chambre car ses effets d’excitation et d’action va à l’encontre de la fonction de repos. Ou encore éviter le bleu dans une cuisine, car c’est un lieu convivial et social. Comme il est difficle de qualifier une couleur par une seule catégorie, je pense que le sujet est plus compliqué, car la valeur ou intensité de la couleur et la saturation peuvent aussi jouer un rôle.

Mener un projet complet de couleurs chez un client.

Quel nuancier utilisé? Comment associer les couleurs entre elles? Ou positionner les bonnes couleurs dans l’espace? Quels effets la couleur peut avoir sur mes clients?

Le sujet est vaste, pourtant des connaissances de base peuvent aider à se sentir plus confiant dans la manipulation des couleurs en face de son client ainsi que dans son argumentaire. Quelques règles simples existent et peuvent déjà faire leur preuve pour combiner les couleurs: harmonies de contraste, harmonies ne similarité, nombre d’or…

Pour plus d’informations, n’hésitez pas à me contacter, j’organise selon des demandes des sessions de formation.

Recent Articles

blog-image
Le Retour des Couleurs Saturées

Une couleur saturée peut aussi être qualifiée de vive, profonde, forte, intense…ou encore “flashy” ou péchue.

blog-image
Lin ou l'autre

Le lin c’est la matière “0 défaut”, irréprochable à bien des égards, pour notre santé, pour la planète, voilà pourquoi…

blog-image
Le Paradoxe du Bois

En France, 40% de nos arbres sont des chênes, réputés mondialement pour leur solidité et leur longévité.